Zoe

Michelin Energy E-V sur la neige

Notre voiture électrique, la Renault ZOE, est équipée des pneumatiques Michelin Energy E-V, permettant de gagner un peu d’autonomie. Mais ce ne sont pas des pneus hiver (« M+S »). Ce week-end, nous avons voulu monter dans les Vosges pour faire un peu de luge, après mûre réflexion on a décidé d’y aller malgré ces pneus. Il faut dire que j’ai lu différentes choses qui m’ont donné confiance : les voitures électriques se comportent très bien sur la neige en raison des accélérations très progressives et le community manager de Renault ZE m’a indiqué que, à sa connaissance, les tests « grand froid » de Renault ont été fait avec ces pneus.

Voiture électrique : un long trajet en hiver

J’ai eu l’occasion de faire à trois reprises un trajet relativement long cette semaine : environ 140 kilomètres aller-retour, c’est au-delà de la limite habituelle lorsque l’on parle trajets hivernaux des voitures électriques. Ce trajet, je l’ai testé de trois manières différentes : en essayant de rouler le plus « économique » possible avec la Zoe ; en roulant de manière habituelle avec la Zoe ; en prenant une voiture thermique… Rouler « économique » Commençons par rappeler que rouler de manière économique, ça n’est pas réservé aux voitures électriques : éco-conduire est compatible avec les fumeuses !

Un vrai trajet de la vraie vie, en voiture électrique

Cette semaine, je suis allé à Paris par la voie des airs. J’ai pris l’avion à l’aéroport de Bâle-Mulhouse (EuroAirport - MLH), situé à environ 60 km de mon domicile, dont 46km d’autoroute. Le trajet s’est fait à une température extérieure d’environ 5°C, que ce soit à l’aller (au lever du soleil) ou au retour (à la nuit tombée). J’ai décidé de faire ce trajet avec notre Zoe, en conservant le mode « éco » pendant tout le trajet.

Le mode éco de la Renault Zoe

La Zoe, notre nouvelle voiture électrique, est équipée d’un mode « éco », afin de consommer moins d’électricité et de parcourir plus de distance sur un « plein ». Je n’ai pas trouvé de liste exhaustive et officielle des implications de ce mode, voici ce que j’ai pu lire et que j’ai également directement constaté : la vitesse est limitée à 96km/h les accélérations sont beaucoup moins fortes (puissance maximale du moteur réduite) la puissance de la climatisation et du chauffage est réduite En mode éco, on a clairement l’impression de conduire un « veau » ; et en échange, on gagne un peu d’autonomie…