Non, Linky n'est pas dangereux

Il y a plusieurs mois, j’ai pris connaissance d’un article sur le site sante-nutrition.org, grand pourvoyeur de bullshit. Cet article accuse le compteur électrique Linky de tous les maux, à commencer par un flicage excessif. J’ai tenté de leur transmettre un commentaire, mais celui-ci n’a pas été publié. Par conséquent, plus de six mois après ce commentaire non publié, j’en reprendre le contenu ici, sur mon blog.

Pour commencer, j’aimerais préciser que je ne suis pas un fervent défenseur du Linky. Il y a des inquiétudes légitimes que l’on peut avoir, oui. Mais cela n’oblige pas à faire tant de désinformation. Deux points qui semblent poser problème sont le « flicage » et les ondes…

Le flicage

Cet article attaque principalement le directeur du programme Linky en raison d’une supposée surveillance que celui-ci permettrait. Il s’appuie sur une vidéo où on voit un tableau de bord présentant différents détails, indiquant que tous ces détails seront visibles par ERDF. Mais le tableau de bord présenté par ce monsieur implique forcément la mise en place de sous-compteurs car un compteur électrique, quel qu’il soit, n’est pas capable de savoir quel équipement consomme telle ou telle quantité d’électricité.. Ça relève de la connaissance basique de l’électricité, ça relève de ce que l’on apprend en cours de physique à l’école ! Sans sous-compteurs spécifiques, on obtiendra au mieux une courbe globale, jamais la consommation « par équipement ».

Une telle courbe permet de faire un profil général d’une famille, voire parfois de deviner quel appareil est lancé (2kW vers 18h30, c’est probablement quelqu’un qui prépare un repas). Mais n’oublions pas que cette courbe globale, centralisée, permettra aux producteurs d’électricité de savoir quelle est la consommation globale du parc à un instant T, ce qui permettra d’éteindre des centrales en période de sous-consommation. Aujourd’hui, n’ayant aucun moyen de connaître la consommation à un instant T, ils sont obligés de largement surproduire en se basant sur des données purement statistiques, pour être sûrs qu’il n’y aura de coupure pour personne.

Les ondes

Le courant porteur est une technologie largement utilisée par un grand nombre de ménages, pourtant personne n’en fait tout un fromage. Par exemple, la connexion entre une Freebox Server et une Freebox TV se fait par courant porteur et les débits mis en œuvre (donc les émissions d’ondes) sont des millions de fois supérieurs à ce que fait Linky : une vidéo HD, c’est 4 mégabits (4 millions de « 0 » ou de « 1 ») envoyés par seconde. Un film de 1h20 regardé le soir à la TV par une Freebox, c’est 19,2 milliards de bits, les ondes émises étant bien sûr proportionnelles. Ces 80 minutes de visionnage de film représentent largement plus de données (et d’ondes) que plusieurs jours de données émises par Linky.

Enfin, certains se plaignent que, une fois ces données centralisées par courant porteur dans les transformateurs, elles sont centralisées par un réseau de communications mobile. Mais les équipements mobiles dans les transformateurs de quartier s’appuient sur le GPRS (2.5G), qui est une technologie lente et basée sur l’ancêtre GSM (2G). Le moindre smartphone émet et reçoit en continu des données largement plus importantes que ce qu’est capable de faire cette technologie, et il le fait sur des longueur d’ondes bien plus « douteuses ».

En une soirée festive (allez, disons 20 smartphones 3G ou 4G dans la même pièce), on a probablement fait un « bain d’ondes » largement supérieur à ce qu’on peut avoir en collant sa tête plusieurs jours (semaines ? mois ?) contre un transformateur de quartier…

Sur le même sujet

comments powered by Disqus