Un vrai trajet de la vraie vie, en voiture électrique

Cette semaine, je suis allé à Paris par la voie des airs. J’ai pris l’avion à l’aéroport de Bâle-Mulhouse (EuroAirport - MLH), situé à environ 60 km de mon domicile, dont 46km d’autoroute. Le trajet s’est fait à une température extérieure d’environ 5°C, que ce soit à l’aller (au lever du soleil) ou au retour (à la nuit tombée). J’ai décidé de faire ce trajet avec notre Zoe, en conservant le mode « éco » pendant tout le trajet.

J’ai préchauffé la voiture avant de partir et avant de débrancher le chargeur, me permettant de partir dans une voiture à peu près chaude avec une batterie pleine à 100%. Mais le chauffage en mode éco ne permet pas d’avoir une température parfaitement agréable lorsqu’il fait 5°C à l’extérieur : heureusement que j’ai gardé mon manteau. Arrivé à l’aéroport, il me restait 52% de batterie : très bien, si j’ai fait l’aller en 48%, je peux faire le trajet retour sans inquiétude ! Il faut noter qu’un tel trajet est loin d’être idéal pour une voiture électrique : sur les trois quarts du trajet, aucun ralentissement ne permet de recharger la batterie.

tableau de bord euroairport : 121km et 20kWh

À la fin de la journée, j’ai parcouru 121,3 km et l’ordinateur de bord indiquait 13 km d’autonomie restante. La consommation moyenne était de 16,4 kWh / 100km. Une simple règle de trois permet de calculer que j’ai consommé 19,9 kWh pour ce trajet ; si on y ajoute ces 13km restants, on arrive bien à un total de 22 kWh, la capacité totale de la batterie. J’aurais alors probablement pu désactiver le mode éco pour avoir un meilleur chauffage : l’autonomie restante aurait été plus basse mais le trajet aurait probablement pu se faire avec un habitacle plus agréable…

Je peux donc affirmer que la Renault Zoe peut parcourir 130 km (dont une grande partie sur autoroute) en une seule charge, avec une température extérieure de 5°C et une vitesse maximale limitée à 92 km/h, même lorsqu’elle a « dormi » à l’extérieur. Voilà un vrai trajet de la vraie vie, qui démontre que même dans un cas inhabituel et en dehors d’un « trajet travail » classique, une voiture électrique peut être suffisante.

Certains diront qu’il est impensable de rouler à 90 km/h sur autoroute : la limite de vitesse est de 130 km/h, ce n’est pas pour rien, pardi ! … mais sur un distance de 50 km, cela correspond à seulement 10 minutes de trajet en plus : quand il s’agit de prendre l’avion le matin on s’arrange de toute manière pour être en avance… Et puis un peu de stress en moins, ça ne fait pas de mal !

Enfin, si l’aéroport avait été équipé de bornes de recharge, j’aurais pu faire le trajet sans mode éco, à 130 km/h sur l’autoroute… Vivement des bornes dans des lieux vraiment stratégiques !

PS : ma compagne travaille à 55km de notre domicile (dont 41 km d’autoroute), elle effectue déjà 110 km en Zoe assez régulièrement (a priori en roulant à 110 km/h maximum), mais je ne suis pas avec elle dans la voiture, je ne peux pas témoigner de ses trajets…

Sur le même sujet

comments powered by Disqus